HISTOIRE DE LA CHIMIE




Note: Les premiers chimistes et les alchimistes vivaient à des époques différentes de la nôtre, avec des idées, cultures et langages différents. Nous pouvons les traduire et expliquer certaines de leurs idées, mais il nous est très difficile de comprendre leurs cultures.

Soyons attentifs à ne pas juger stupides leurs idées à la lumière de notre culture alors qu'en fait nos idées leur sembleraient stupides et exagérement compliquées. Même si ce n'est pas aisé, essayez de considérer leurs idées sur la base des connaissances de leurs époques, c'est-à-dire à la lumière de ce qui existait quand ils les proposaient et les défendaient.

LES GRECS

Les Grecs furent les premiers à proposer une explication physique de la matière.

Thalès (de Milet, 624-546 av. notre ère) développe l'idée que le monde a été créé à partir des eaux. Il suggère que chaque substance n'est qu'une réalité unique, l'eau, apparaissant sous différentes formes. L'eau peut en effet exprimer tous les états connus de la matière, solide, liquide et gazeux, tout en étant clairement essentielle à la vie.

 

Anaximandre (de Milet, 610-546 av. notre ère) était d'accord avec Thalès sur le fait que le monde était constitué d'un élément de base. Il croit cependant que cet élément est indéterminé. Pour Anaximandre, c'est l'apeiron, qui signifie illimité, indéfini et indéterminé, qui est le principe et l'élément de tout ce qui existe.

 

Anaximène (de Milet, 590-526 av. notre ère) déclare que l'air (pneuma) constitue la substance première dont la compression ou la dilatation expliquent la diversité des substances.

 

Héraclite d'Éphèse suggère (vers 484 av. notre ère) que le feu est le principe de toutes choses. Il est la réalité du mouvement et l'état premier et dernier du cosmos à travers ses flux éternels.

 

Anaxagore (de Clazomènes, 500-428 av. notre ère) introduit le concept du noûs (mot grec qui se prononce « nousse ») et qui équivaut à l'intelligence organisatrice et directrice du monde. Ce dernier serait formé de substances diverses qui n'auraient ni naissance ni fin mais qui s'agenceraient seulement par combinaisons et séparations. Pour lui, être et matière ne se produisent ni ne se créent, mais se transforment. Il y a donc un refus des concepts du « non-être » et de ses productions. Il sera à l'origine de la citation : "Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme", attribuée parfois, à tort, à Lavoisier.

 

 

Empédocles (d'Agrigente, 490-435 av. notre ère) a combiné des parcelles d'idées précédentes. Il suggère que tout est consistué de quatre éléments: Feu, Air, Eau et Terre, et de deux forces: Amour (attraction) et Haine (répulsion).


4 elements

Aristote (de Stagire, 384-322 av. notre ère) compila un ensemble de toutes les connaissances de son époque. Aristote inclut les quatre éléments d'Empédocle, mais y ajoute un cinquième , l'éther, pour rendre compte de la matière des corps célestes.

 

Contrairement à son maître, Platon, Aristote croit que l'on trouve la vérité dans l'observation de l'univers. Cette idée devint l'un des piliers de la science. Aristote était avant tout un encyclopédiste. Alors que les premiers philosophes avaient aussi essayé d'expliquer l'univers, Aristote est le premier à réaliser la nécessité d'inventorier et de décrire et du fait que les généralisations doivent découler de l'observations de nombreux exemples. Aristote invente ainsi les règles de la logique, un processus indispensable pour les sciences!

 

Aristote fut le tuteur d'Alexandre le Grand. Ce dernier dispersa largement l'enseignement d'Aristote, ce qui fit que la théorie des quatre éléments fut acceptée jusqu'au 18ème siècle.

 

Presque un siècle auparavant, Leucippe (de Milet, né en 450 av. notre ère), propose une idée de la matière qu'Aristote juge en désaccord avec le concept des cinq éléments. Leucippe suggère que l'univers est composé d'une variété infinie de minuscules particules.

 

 

L'idée de Leucippe fut développée par Démocrite (d'Abdère, 460-370 av. notre ère) qui étudia avec des érudits tout au long de ses nombreux voyages. Démocrite proclame que les substances du monde sont divisées en minuscules particules, les atomes. Les atomes sont infinis en nombre, indivisibles, indestructibles et absolument simples. Les modifications observées sont dues à de perpétuelles réunions et séparations en une infinité de manières. L'espace entre les atomes est constitué de vide.

Les théories de Démocrite pouvaient s'appliquer à la plupart des faits connus. Aristote, cependant, adopta les idées d'Empédocle qui, à cause de l'influence d'Alexandre, devinrent l'explication de l'univers pour les 2000 années suivantes.
Aucune des théories des Grecs ne put être vérifiée par l'expérience, un des critères indispensables de la science moderne. Il en découle qu'aucune de ces théories n'est considérée comme hypothèse scientifique.

Pour vous déplacer plus vite, utilisez ce menu au lieu de la ou des flèches.
LES GRECS ÉPICURE ET LUCRÈCE ALCHIMIE LE PHLOGISTIQUE LAVOISIER DALTON BERZELIUS ÉLECTRICITÉ MOLÉCULES MENDELEÏEV SPECTRE


           Tableau